Vie, mort et renaissance des disciplines
Richard Étienne
Professeur d’université émérite en sciences de l’éducation

Selon John Dewey, « pour que l’enfant se rende compte qu’il a affaire à un problème réel, il faut qu’une difficulté lui apparaisse comme sa difficulté à lui » (L'éducation nouvelle, Delachaux et Niestlé). Or, face à ces problèmes, les disciplines sont des solutions construites et éprouvées par les chercheurs et transmises par les enseignants. Comment l’enseignant, à partir de son rôle de pédagogue et de sa discipline, va-t-il déterminer dans le réel de l’existence ce qui fait obstacle ou difficulté pour les élèves ?

Prenons un groupe d’élèves de collèges et de lycée en Mayenne qui étudient le grec, alors que leurs parents n’ont jamais pratiqué cette discipline. Malgré de nombreuses difficultés financières et sociologiques, les enseignants de deux collèges et du lycée parviennent à construire un projet de voyage sur Athènes et la Grèce classique. Première déception des élèves, la langue étudiée n’est pas le démotique, mais l’Attique du Ve siècle avant J.-C.

Article paru dans le N° 521, mai 2015, « Croiser des disciplines, partager des savoirs »