L’école de la République, une mère injuste
Camille Peugny
Sociologue

Éviter que le destin des individus soit tracé dès le berceau, permettre aux enfants de paysans et d’ouvriers de s’élever au-dessus de la condition de leurs parents, ces missions figurent aux racines du projet républicain. Qu’en est-il un siècle après ? 

Transformer une société aristocratique dans laquelle les places s’héritent en une société méritocratique dans laquelle elles se gagnent : l’ambition de l’école de la IIIe République est immense. Cent ans et quelques plus tard, même si d’immenses progrès ont été accomplis et que les situations n’ont rien de comparable, la lutte contre la reproduction sociale constitue toujours un défi de taille pour la société française.

Depuis le lendemain de la Seconde Guerr

Article paru dans le N° 520, mars 2015, « École et milieux populaires »