Libération et soumission, les paradoxes de l’école
Isabel Pannier
Professeure

Récit d'un parcours d'enfant de milieu populaire, porté par la confiance de ses parents dans le pouvoir libérateur du savoir que dispense l'école. Libérateur ? Pas si simple.

Très tôt j'ai aimé lire. Il n'y avait pas de livres à la maison, ou si peu, ceux dont je me souviens nous avaient sans doute été donnés ; je ne me suis jamais demandé d'où ils venaient. Je lisais et relisais donc les mêmes livres.

Mes parents étaient ce qu'on appelait des petites gens, ils avaient peu fréquenté l'école. Mon père, qui était un merveilleux conteur, me racontait ses débuts. À 13 ans dans la rue, il avait appris plusieurs métiers, comme souvent à

Article paru dans le N° 520, mars 2015, « École et milieux populaires »