Les pédagogies novatrices sont-elles élitaires ?
Yves Reuter
Université Lille 3, laboratoire Théodile-Cirel

Une réponse à la question : « Les  pédagogies novatrices sont-elles élitaires ? » Question qui renvoie à nombre de discours circulant dans les médias, dans les formations, voire dans certains champs scientifiques, étayant cette idée principalement à l’aide de deux arguments, assez opposés en réalité : d’une part, ces pédagogies rabaisseraient les exigences ; d’autre part, leur complexité défavoriserait les élèves plus faibles.

Je ne suis pas, loin de là, spécialiste de toutes les pédagogies alternatives, fort diversifiées dans leur histoire, dans leurs principes, dans leurs modes de fonctionnement ainsi que dans les publics qu’elles touchent. Celles que je connais véritablement pour avoir travaillé dessus, directement et indirectement, sont la pédagogie Freinet et la pédagogie de projet, cette dernière notamment en matière d’écriture. Et je m’appuie, pour cet article, sur des études précises, portant sur de multiples dimensions

Article paru dans le N° 520, mars 2015, « École et milieux populaires »