Brandir des principes ou garantir des droits ?
Vincent Lorius
Principal de collège

L'école républicaine a bien du mal à garantir, au quotidien, une réelle égalité d'accès aux biens qu'elle dispense. Qu'elle veille alors, au moins, à respecter et promouvoir les droits des plus fragiles, filet de sécurité contre l'iniquité de la méritocratie.

Les stratégies de lutte contre la stigmatisation scolaire des élèves socialement défavorisés relèvent à mon sens de trois types d’approches. Il y a celles qui fixent un but, par exemple tenter d’obtenir 80 % d’une classe d’âge au baccalauréat ; celles qui s'appuient sur l'affirmation de principes comme l'égalité des chances ; et celles qui visent à l’exercice effectif de droits, comme ceux des familles dans les procédures disciplinaires.

Les deux premières approche

Article paru dans le N° 520, mars 2015, « École et milieux populaires »